Créer un nouveau blog :

A propos de ce blog


Nom du blog :
tekrur
Description du blog :

Catégorie :
Blog Société
Date de création :
22.01.2009
Dernière mise à jour :
04.03.2009

RSS

Rubriques

>> Toutes les rubriques <<
· Architecture_religieuse (7)
· Faculté des Lettres (13)
· Marlodji (32)
· Sokone (21)

Navigation

Accueil
Gérer mon blog
Créer un blog
Livre d'or tekrur
Contactez-moi !
Faites passer mon Blog !

Articles les plus lus

· Nuit de Sine
· Mosquée divinité - Ouakam - Sénégal
· Auberge Limboko
· Ndar_guedji
· NOcturne1

· Vote
· limboko
· Mosquée_Village
· Sokone
· Reconnaissance
· A fleur d'eau: Marlodj
· Retour Ndagane
· traite lait
· Verdure1
· Pirogue_transport

Voir plus
 

Statistiques 76 articles


Derniers commentaires Recherche

Nuit de Sine

Nuit de Sine

Publié le 31/01/2009 à 12:00 par tekrur
Nuit de Sine
Nuit de Sine
(Chants d’ombre)
Femme, pose sur mon front tes mains balsamiques, tes mains douces plus que fourrure.
Là-haut les palmes balancées qui bruissent dans la haute brise nocturne
À peine. Pas même la chanson de nourrice. Qu’il nous berce, le silence rythmé.
Écoutons son chant, écoutons battre notre sang sombre, écoutons
Battre le pouls profond de l’Afrique dans la brume des villages perdus.
Voici que décline la lune lasse vers son lit de mer étale
Voici que s’assoupissent les éclats de rire, que les conteurs eux-mêmes
Dodelinent de la tête comme l’enfant sur le dos de sa mère
Voici que les pieds des danseurs s’alourdissent, que s’alourdit la langue des choeurs alternés.
C’est l’heure des étoiles et de la Nuit qui songe S’accoude à cette colline de nuages, drapée dans son long pagne de lait.
Les toits des cases luisent tendrement. Que disent-ils, si confidentiels, aux étoiles ?
Dedans, le foyer s’éteint dans l’intimité d’odeurs âcres et douces.
Femme, allume la lampe au beurre clair, que causent autour les Ancêtres
comme les parents, les enfants au lit.
Écoutons la voix des Anciens d’Élissa. Comme nous exilés
Ils n’ont pas voulu mourir, que se perdît par les sables leur torrent séminal.
Que j’écoute, dans la case enfumée que visite un reflet d’âmes propices
Ma tête sur ton sein chaud comme un dang au sortir du feu et fumant
Que je respire l’odeur de nos Morts, que je recueille et redise leur voix vivante, que j’apprenne à vivre avant de descendre, au-delà du plongeur,
dans les hautes profondeurs du sommeil.


Léopold Sédar Senghor

:: Les commentaires des internautes ::

aliman legue fabrice le 13/10/2009
traiter ce poeme dans la lecture methodique


Anonyme le 07/03/2010
saf


Sabrina le 20/04/2011
Bonjour , est-ce que quelqu'un pourrais m'expliquer le sens du poème , les mots utilisés ? Je vous demande cela car je dois rentre un exposé sur Leopold Sedar Senghor et j'ai souhaité prendre ce poème .
Merci d'avance !


dje koffi andré le 13/02/2012
je souhaite avoir un comentaire

http://kofiandredje@yahoo1.fr.centerblog.net


Crazy le 17/02/2014
Senghor propose une évocation lyrique du coucher de soleil dans le village de Siné où il a passé son enfance . Il évoque les usages d'un peuple réglé sur les rythmes du cosmos : les gestes évoqués , les danses rituelles notamment révèlent la dimension spirituelle dont les hommes investissent le couche de soleil : c'est une société ritualisée ... C'est l'un de mes argument en gros ce poème figure un cheminement spirituel intime qui mène de l'éloge lyrique de la femme aimée à l'invocation fondamentale des ancetres .L'ensemble du recueil Chants d'ombre manifeste l'idée que la poésie de Senghor est fondée sur l'invocation de figures tutélaires comme les Anciens ou la femme aimée


madisson le 01/03/2014
on la eu a l'école
http://madisson.centerblog.net


madisson le 01/03/2014
je les eu a lécole a cp non mais allo quoi ses pour les gamin

http://madisson.centerblog.net